Ensemble Khiva

musique traditionnelle ouzbèk ....

Ensemble Khiva


Gozal Muminovadutôr, rabôb, dôyra, danse
Dilbarjan Bekturdyevachant et accordéon
Umid Boltaevchant, tanbur, dôyra, dutôr

La tradition du Khorezm, au Nord-ouest de l'Ouzbékistan se distingue par ses intonations souvent proches du Caucase ou même de l'Iran, et l'inclination des musiciens à couvrir tous les genres, depuis les plus sérieux jusqu'aux plus légers, destinés à animer les diverses phases des assemblées de noce ou de fête.

Dilbarjan Bekturdyeva est une jeune khalfa - terme qui désigne les femmes bardes de la région du Khorezm. Elle a fait son apprentissage à la faculté de musique à l'Université pédagogique de Khorezm, et surtout en se joignant aux troupes de khalafa professionnelles. Elle a participé à une grande tournée au Japon en 2001 et fut en 2005 la vedette d'une tournée en Allemagne.

Née à Khiva en 1977 d'une famille de musiciens, Gozal muminova s'est dédiée très jeune à la tradition ouzbèke en jouant le dutôr et le rabôb. Au Conservatoire Supérieur de Tashkent, elle fut la disciple choyée des fameux maîtres Abdurahim Hamidov et Turgun Alimatov. Elle obtint le prix de dutôr au concours de Maqâm de 1999, et depuis, est devenue un des meilleurs maîtres de cet instrument. Elle enseigne au Conservatoire et a donné de nombreux concerts en Europe (avec le groupe Yengi Yol), en Asie centrale ainsi qu'en Chine.

A 24 ans, Umid Boltaev est un musicien complet. Il a grandi dans une famille de musicien traditionnels de Khiva, une province du Nord de l'Ouzbékistan qui possède sa tradition propre. A 8 ans il aborde cette musique par la percussion et le chant et à 15 ans il se met au tanbur, le luth de prédilection des chanteurs. Il se distingue dans différents concours, travaille à Tachkent auprès de Turgun Alimatov et Mahmud Tajbey, et à 22 ans, il remporte le premier prix de dutôr du Concours de maqôm Yunus Rajabi, qui se tient tous les quatre ans.

Jean During

Les instruments

Le dutôr est un luth à long manche qui connaît de nombreuses variantes dans toute l'Asie intérieure. Dans la musique d'art de Transoxiane, il a deux cordes en soie et un timbre chaud et grave et se joue selon un style et une technique propres utilisant tous les doigts des deux mains.

Le tanbur est un autre luth à long manche typique de l'Asie Centrale. Ses cinq cordes de bronze sont accordées Sol-Sol, Do1, Sol-Sol; la mélodie se joue seulement sur la double corde aiguë, les autres servant de bourdon; comme dans les autres luths de cette famille, on les pince avec l'index muni d'un onglet.

Le rabôb dit "de Kashgar" est un luth de la famille des rabâb à cordes pincées, caractérisée par leur table de résonance en parchemin. Il comporte cinq cordes -dont deux doubles- accordées en quarte et quinte, et se joue avec un plectre.

Depuis plus de cent ans l'accordéon (garmon) est l'instrument des khalfa, les femmes chanteuses, musiciennes et danseuses du Khorezm, qui sont sollicitées dans toutes les fêtes traditionnelles, notamment celles qui sont réservées aux femmes.

Le dôyra est un tambour sur cadre de 40 cm de diamètre environ, monté d'une peau de veau. On le frappe avec les doigts des deux mains pour en tirer des timbres variés.

Agence Plateau Libre - Case Postale 2815 - 2001 Neuchâtel - Suisse - Téléphone: +41 (0)32 725 68 68